Half Nelson

Half Nelson
2007
Ryan Fleck

Nominé dans un nombre colossal de festival, le film fut même l’objet d’une nomination aux oscars pour celui du meilleur acteur. Mais ledit nominé Ryan Gosling devra se « contenter » de l’Independent Spirit Award et du National Board of Review du meilleur acteur. Ajoutez à cela 4 autres prix dont trois pour la réalisation. Diantre, c’est beaucoup ! Surtout pour un film indépendant. Grosse révélation ou supercherie ?

Niveau histoire, on suivra un professeur de collège dépressif, Dan Dunne (Ryan Gosling). Si ses élèves le motive, malgré le cadre très ZEP, dès que les cours sont finis, il tombe dans la drogue et autres produits auto-destructeurs. Mais alors qu’il était au fond du trou, une jeune fille de sa classe, Drey (Shareeka Epps), se prendra d’affection pour lui et tout d’eux vont s’entraider pour se sortir de leurs galères quotidiennes.

A priori, le sujet pouvait être intéressant quoiqu’un peu casse gueule. Le risque principal étant de tomber dans la pédophilie. Mais non, il s’agit bien d’une histoire d’amitié entre élève et professeur (qui n’est d’ailleurs pas sans rappeler un certain GTO) portée par deux très talentueux acteurs. Mais le film n’en est pas pour autant aussi bon que ce que l’on espérait, la faute à un rythme des plus mous et une orientation beaucoup trop drogue. Reste un film singulier plutôt bien fait mais qui risque d’en laisser plus d’un de côté…

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.