Du jour au lendemain

Du jour au lendemain
2006
Philippe Le Guay

François Berthier (Benoît Poelvoorde) à une vie nullisime et ultra répétitive. Tout les jours, il se lève, se fait exploser la gueule par sa machine à café, achète son journal, passe la sécurité, s’occupe de clients dans une banque dans un bureau pourri avec la lumière qui déconne, va manger seul son repas et ce sans pâtisseries, puisque la dernière se fait systématiquement  prendre par la personne de devant. Une fois fini le travail, il fait du tennis avec son ami qui l’écrase à chaque fois. Suite à quoi il rentre chez lui, commande une pizza sur laquelle se trouve toujours un œuf, auquel il est allergique, puis essaye de dormir, chose impossible à cause du chien des voisins et du couple d’à côté. Le tout en pleine instance de divorce.

Mais un beau jours, tout le monde est gentil, personne ne l’embête, on lui donne une promotion, et tout ses traquas s’envolent. Même sa femme revient dans ses bras. Mais où est le piège ? Pourquoi ? Que c’est-il passé dans la nuit du lundi au mardi ?

Le film est très drôle et bien fait. Si les acteurs se sont pas formidables, Benoît est en revanche plutôt en forme. L’idée est original et on passe un bon moment. Il n’empêche que l’allergie au bonheur sonne faux et même si elle donne lui à de bons gags, on en sort un peu déçu.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.