Prince of Persia : les sables du temps

Prince of Persia : les sables du temps
2010
Mike Newell

Les adaptations de jeux-vidéos sont assez rares car il est difficile d’en retranscrire l’ambiance. Le choix ici s’est porté sur la série des Prince of Persia, de quoi laisser perplexe tant les épisodes sont nombreux, différents et surtout faible en scénario, étant principalement des jeux d’actions/plateformes. N’étant pas un grand fan des jeux, je ne sais pas tellement si l’histoire est fidèle à la trilogie des sables oubliés ni l’époque, que je situerai approximativement au XIII° siècle.

Comme on pourrai s’en douter, le héros de l’histoire est un prince (même si pas de sang royal) de Perse qui répond au nom de Dastan (Jake Gyllenhaal (Source Code, Love, et autres drogues)). Suite à un rapport fait par un espion, le roi décide d’attaquer une province voisine possédant illégalement des forges, soit disant. Après une belle victoire mené par Dastan, l’un des trois princes, une fête est organisée durant laquelle Dastan offre au roi une toge remise par son frère qui s’avèrera empoisonnée, tuant instantanément le roi. Il n’aura de choix que de fuir avec la princesse de la province attaquée (Gemma Arterton (Le Choc des Titans, Tamara Drewe)). Il apprendra durant sa fuite que tout ça n’est que le plan de son oncle (Ben Kingsley (Shutter Island, Slevin)) qui cherche à mettre la main sur la dague récupéré par Dastan pour s’en servir à remonter le temps, tuer son frère quand ils étaient jeunes, et devenir par la même le nouveau roi.

L’une des caractéristiques principales du jeu sont les sauts,les rebonds sur les murs et autres pirouettes sur les toits. Et de se point de vu là, le film a su en tirer le maximum et sublimer ce principe en le rendant plus impressionnant et bizarrement plus réaliste. On peut aussi dire de manière générale que le film nous fout une grosse claque niveau effets spéciaux et décors, ce qui n’est pas surprenant quand on sait que le budget du film compte parmi les 10 plus grosses productions de l’histoire. Les acteurs pour leurs parts livrent des prestations de hauts rangs en particulier Jake Gyllenhaal, tout simplement génial dans son rôle. Gemma Arterton, après un temps d’adaptation, devient supportable, voir attachante. De plus, chose surprenante pour un Prince of Persia, le scénario tient la route et connait même de petites envolées. La fin est plus ou moins attendue mais la déception possible qui aurait dû en découler ne se ressent pas grâce à une bonne dose d’humour fin. Alors qu’on aurait pu craindre le pire, la surprise est de taille tant le film est bon.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.