Flirter avec les embrouilles

Flirter avec les embrouilles
1996
David O. Russell

Comme toujours, Ben Stiller est à l’affiche d’un exceptionnel film de science-fiction au scénario très poussé et d’une structure extrêmement compliqué, se clôturant sur l’un des meilleurs twist-ending qui soit. Le tout avec des acteurs d’exception, tous au meilleur de leur forme. Un pur chef-d’oeuvre !

Tout ceci est malheureusement l’exacte opposé de la réalité : le film est une pure comédie américaine reposant exclusivement sur des acteurs commerciaux. Ici, outre l’oncle, on retrouve Patricia Arquette et Tea Leoni. Pour le scénario, rien qui ne ferait d’entorse au cerveau de Ribery : Ben veux retrouver ses parents adoptifs et du coup, Tea l’emmène, de même que Patricia sa femme, retrouver les parents. Mais à chaque fois, il y a erreur sur la personne.

Un scénario aussi brillant leurs a probablement pris trop de temps à pondre, du coup, il ne leurs reste plus aucunes bonnes idées pour faire des blagues. Tout est attendu, lourd et surtout pas très drôle. Le fameux cortège d’acteurs ne tient pas ses promesses : pas un ne tient la route. Bref, une mauvaise comédie de plus…

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.