Simon Konianski

Simon Konianski
2009
Micha Wald

Voici ce que l’on appel un film juif. Dans le film, presque tout le monde est juif, seul quelques goy sont présents, il n’est question que de la religion judaïque et autre problèmes itinérant aux juifs.

Le « héros » de l’histoire est Simon Konianski (Jonathan Zaccaï), difficile de faire plus juif comme nom. Il a récemment été quitté par sa goy de femme qui s’amuse à danser nue au théâtre et à forniquer avec un colosse brésilien. Leur union a tout de même laissé quelque chose : leur enfant Hadrien, comme le mur. Simon retourne donc chez son père qui ne manque pas une occasion de le rabaisser et de tout faire pour le virer de chez lui. Mais finalement, se sera le père le premier à partir, suite à son décès. Simon « décide » donc d’aller l’enterrer en Ukraine.

Pas vraiment de scénario, on se contente de suivre une vie terne et sans intérêt. A l’image de A Serious Man, le film vaut pour son second degré. A savoir que les coutumes juives sont tellement ridicules par moment que s’en est drôle. On dénombre en effet beaucoup de passages comiques, surtout durant le voyage vers l’Ukraine. Mais malheureusement, le film souffre atrocement d’un rythme d’une lenteur absolue. A l’image de Simon, le film est mou et se contente de se laisser traîner. Bref, malgré quelques rires, l’ennui est de mise.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à Simon Konianski

  1. Julien dit :

    Ouais enfin Hadrien, c’est surtout le nom d’un empereur, plus que d’un mur…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.