Thor

Thor
2011
Kenneth Branagh

La famille des adaptations Marvel continue de plus belle et pour mieux préparer l’arrivée de Avengers, il fallait bien passer par notre Dieu nordique et maître de la foudre, Thor (Chris Hemsworth). La sortie d’un tel film suscite intérêt et anxiété car si certains Marvel comme Hulk, Iron Man ou le dernier X-Men sont très bons, certains comme Ghost Rider, Les 4 fantastiques ou Spider-Man sont passablement mauvais. De quel côté est Thor ?

Dans l’univers de Thor, les divinités nordiques vivent dans le royaume éternel d’Asgard. Depuis un ancien traité de paix, les géants de glace du Jötunheim sont privés de leur source de pouvoir, gardée à Asgard. Mais un beau jour, trois des géants réussirent à pénétrer Asgard mais leur tentative de vol de leur source fut un échec et le gardien les tuas tous. Mais pour le prince Thor (Chris Hemsworth), cet acte est impardonnable et il décide donc de se rendre au Jötunheim pour faire valoir sa suprématie, et ce à l’encontre de ses ordres. Mais sur place, ils furent en infériorité numérique et la situation devint vite ingérable. Heureusement pour eux, le roi Odin (Anthony Hopkins) mit fin à la bataille. Mais pour avoir manqué à sa parole et mit en danger les siens, Thor sera banni et privé de ses pouvoir, sera envoyé sur Terre par le Bifröst où il fera la rencontre de Jane Foster (Natalie Portman). Mais pendant ce temps, Loki (Tom Hiddleston), le frère de Thor, prépare un renversement de pouvoir…

Une histoire de Dieu déchut qui apprend à vivre normalement et qui tombe amoureux d’une humaine, ça ne semble pas très original et plutôt cliché. Mais derrière ces aspects si conventionnels, Thor révèle un univers d’une richesse colossale qui surclasse de loin la totalité des productions de ce genre. De plus, les différents clin d’oeil aux légendes nordiques sont appréciables. On retrouve aussi une certaine classe chez Thor et le fait que Chris Hemsworth soit un acteur très moyen convient parfaitement avec son caractère mégalomane et arrogant. Sa perte de pouvoir permet aussi quelques scènes très drôles qui augmentent encore un peu plus le capital sympathie du héros. Mais tout cela est tellement peu de choses face à l’ultime point fort du film : les effets spéciaux. On regrette d’ailleurs les passages sur Terre tant tout le reste est beau. La ville d’Asgard est ahurissante entre son architecture massive, dans un style grecque, et les effets de lumières et de couleurs éblouissants. Les costumes sont une franche réussite et le design du gardien et des géants sont excellents. Jamais parcourir les étoiles n’aura été aussi beau. Chaque scène est un émerveillement pour les yeux. Et c’est avec un immense plaisir qu’on le retrouvera en 2012 pour Avengers et en 2013 pour Thor 2, en espérant voir un jour toute l’horreur du fameux cycle Ragnarök. Hollywood vient de trouver l’une des sagas les plus prometteuses de l’histoire de Marvel.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.