A bout portant

A bout portant
2010
Fred Cavayé

Le genre policier est sans contestes le plus pauvre de l’histoire du cinéma et les français sont passés maître dans l’art d’en faire des navets. Il est donc difficile, malgré un casting prometteur, de partir complètement serein…

L’histoire ne surprendra personne et est comme bien souvent famélique : Hugo (Roschdy Zem) se retrouve à l’hôpital suite à une course poursuite visant à s’échapper d’un traquenard orchestré par un flic véreux, Werner (Gérard Lanvin). Samuel (Gilles Lellouche) est quand à lui apprenti infirmier et sauve Hugo alors que ses assaillants cherchaient à le débrancher. Par mesure de représailles, l’escouade de Werner kidnappe la femme de Samuel, pourtant enceinte de plus de sept mois. Samuel se retrouve embarqué malgré lui dans ce complot policier mais avec l’aide d’Hugo, il compte bien sauver sa femme.

Sur le papier, il s’agit immanquablement d’un énième film policier classique (= très mauvais). Mais finalement, le film saura se démarquer assez largement grâce à une mise en scène explosive, des scènes brutales et violentes non-censurées, et un Gilles Lellouche motivé et inarrêtable. Le film est survitaminé, dynamique et immersif. Mieux encore, le film surprend par sa violence et son réalisme tellement inattendu par moment que cela donne un coup de fouet à cette histoire simpliste. On est très loin de Taken mais comme la concurrence est lamentable, force est de reconnaître que le film se classe parmi les meilleurs de sa catégorie.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.