Uncovered

Uncovered
1994
Jim McBride

Il faut bien commencer sa carrière un jour mais il faut bien avouer que la pauvre Kate Beckinsale est tombée sur un sacré cas :

Fraîchement diplômée d’art, Julia se voit chargé de la restauration d’une vieille toile de valeur. Par un travail de recherche énorme et un savoir faire exceptionnel (pur hasard qui ne trouvera jamais d’explication), elle va se rendre compte que le tableau contient un message caché (repeint dessus). Il s’agirait d’une énigme pour déceler le coupable d’un meurtre vieux de 500 ans. Mais aujourd’hui, des meurtres peut-être liés au tableau s’abattent sur l’entourage de Julia et du tableau.

L’idée de départ du grand mystère n’est pas fondamentalement mauvais mais le résultat l’est largement. La faute à des énigmes grotesques résolues avant même leur arrivée. Pire, une grande partie repose sur le jeu d’échec présent sur le tableau. Or LE spécialiste chargé d’anticiper les prochains coups est un blaireau fini : il est un adepte du « je te bouffe ta dame en sacrifiant ma dame ». Bref un amateur de première. Et s’il n’y avait que l’histoire de bidon, ça irait mais là… On dirait que c’est un concours de qui jouera le plus mal et force est de constater que la pédale, cette grosse tentouse de fiottasse (tellement surjoué que s’en est une insulte aux homosexuels), est largement le plus mauvais et sa contre-performance est remarquable. Tout est tellement pitoyable et raté que s’en est par moment drôle. A réserver aux adeptes de la moquerie et autre nanar.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.