Prometheus

Prometheus
2012
Ridley Scott

Sans aucun doutes possibles, Prometheus était l’un des films les plus attendu de l’histoire. Plus de trente ans après le premier et quinze depuis le vrai dernier, le film a la lourde tâche de redémarrer la saga Alien en nous en racontant les origines. Et pour ce faire, rien de plus normal que de retrouver l’homme qui l’a créé : le grand Ridley Scott. Préquel décidé depuis longtemps, le film va s’attaquer à un point énigmatique et central du premier film et à fortiori des autres : les Xénophiles. Êtres extraterrestres gigantesques et humanoïdes, ils furent aperçus morts dans le vaisseau qui marqua le premier contact avec les aliens. Qui sont-ils ? Pourquoi avoir créé les aliens ? Tant de questions auxquelles Prometheus va tenter de répondre.

Le film va s’axer autour de l’archéologue et scientifique Elizabeth Shaw (Noomi Rapace), ayant fait une découverte stupéfiante. N’ayant à priori jamais communiqué entre eux, des civilisations de tout temps ont reproduit le même genre de dessins sur leurs fresques respectives représentant un humain géant pointant dans le ciel un alignement de cinq étoiles. D’après elle, les humains aurait été créé par ces « Ingénieurs » et leurs traces laissées seraient une invitation. Après des années de recherches, un alignement semblable fut identifié et l’une des planètes réunirait les conditions nécessaires pour abriter la vie. A l’image de Prométhée qui cherchait son dieu, un vaisseau baptisé Prometheus part à la recherche de nos origines. Mais plus que notre genèse, c’est peut-être bien notre fin qu’ils vont trouver…

On l’attendait de pied ferme et dès la première scène, le film nous introduit les fameux colosses qualifiés ici d’ingénieurs en référence à notre création. Le premier constat est des plus encourageants : un design et une modélisation classe, originale, impressionnante et en parfaite adéquation avec l’univers. Puis très vite, le film nous plonge dans une histoire très riche et philosophiquement captivante. C’est indéniable, le film est l’un des plus riches et profond de l’histoire de la science-fiction. Chaque pas dans l’histoire est ingénieux et fait preuve d’un talent fou comme avec la structure en dôme explorée progressivement à l’aide de sondes laissant entrevoir petit à petit une architecture similaire à une pyramide, laissant de moins en moins place au doute quand à leur influence passée. Pourtant pas un gros film d’action, le rythme du film est incroyable et nous tient en haleine d’un bout à l’autre grâce à son histoire si exceptionnelle. Véritable visionnaire et dénicheur de talent, Ridley Scott n’a pas hésité à refuser les plus grandes stars d’Hollywood et choisir des acteurs en devenir qui, depuis le tournage du film en 2010, ont prit une envergure inespérée tels Noomi Rapace et Michael Fassbender. Charlize Theron, Guy Pearce et Patrick Wilson étant quand à eux déjà reconnus. Et à mesure que le film avance, chaque question restée en suspend par le passé trouve sa réponse, à quelques exceptions près puisqu’il est important de garder de la réserve étant donné que Prometheus sera une trilogie. Les premiers échos et résultats en salles semblent en tout cas donner espoir quand à leurs avenirs. Néanmoins, sauf retour sur la planète dans les deux prochains films, une erreur de cohérence est à signaler : le Xénophile n’est pas mort sur le siège de pilotage du vaisseau mais en dehors, contrairement à la découverte du cadavre dans Alien. A moins qu’il ne s’agisse d’une structure équivalente et d’un autre corps… Encore est-il que le résultat est bluffant, impressionnant graphiquement, épaulé par des acteurs excellents et armé d’une histoire des plus solides. Incontestablement une immense réussite cinématographique qui se pose comme un préquel quasi parfait. Si les suites se montrent à la hauteur de ce film, il se pourrait bien que Ridley Scott ai entre ses mains la meilleur saga de l’histoire.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.