Cache-Cash

Cache-Cash
1994
Claude Pinoteau

Grand réalisateur de films populaires tels que La Boum, Claude Pinoteau nous a quitté hier, vendredi 5 octobre. Hasard des choses (ou complot monumental !), une chaîne ciné cinéma diffusait aujourd’hui même l’un de ces films, l’occasion de vérifier la qualité de son héritage.

Petit film tranquille, il nous amènera au cœur de la Sologne, alors que Antoine, 11 ans, passe ses grandes vacances chez ses grands-parents. Il y coule des jours heureux à s’occuper des animaux, traîner au marché, ou jouer avec sa cousine. Mais son séjour va prendre une tout autre tournure avec l’arrivée de locataires dans leur domaine. Parmi eux, Lisa, 10 ans, prête à lui faire perdre la tête. Plus encore, lors d’une nuit clair, il vit trois hommes enterrer un sac, contenant le butin de leur casse, 40 millions de francs, désormais siens. Les vacances s’annoncent intéressantes !

À l’image de Moonrise Kingdom, on assiste là à un petit film, porté par un duo d’enfants pré-adolescent. Centré sur eux, le film narre une amourette d’été pleine de péripéties, principalement axées sur le casse, l’argent et ses répercutions. Un scénario simple et léger, comme l’est le film dans son ensemble, qui appuie la naïveté et le naturel de ses personnages, créant une atmosphère conviviale, colorée et joyeuse. La cadre verdoyant, les animaux affectueux, le ruissellement de la rivière, tout y est pour nous mettre dans l’ambiance. Le casting, majoritairement composé d’inconnus, se montre très solide et nous embarque sans problèmes. On notera tout de même la présence de Jean-Pierre Darroussin, en gros bof un peu benêt, qui profitera allègrement du quiproquo autour de l’argent, pour notre plus grand plaisir. Et si on tiquera un peu sur l’écologie ou l’abomination visible sur l’affiche, le film nous surprendra continuellement par sa poésie et sa magie, le tout atteignant son apogée lors du générique avec la très émouvante chanson. Une petite fille avec une voix d’ange, ça fait toujours son petit effet. En somme, si le film n’est pas très réfléchi, sa force poétique et sa légèreté nous fera rêver et on en ressort combler.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.