L’An 1 : des débuts difficiles

L'An 1 : des débuts difficiles
2009
Harold Ramis

Il y a des indices qui ne trompent pas : gros bide en salle, quasi absence de diffusion en France, produit par un spécialiste de l’humour gras, et interprété notamment par Jack Black, lui aussi spécialiste des navets décérébrés. Certains films sont orientés pour une génération spécifique, d’autres pour une population définie, ici les américains.

Jouant sur les référence historiques avec une précision de demeuré, le film nous lâche dans un camp d’hommes de cro-magnon scindé entre les chasseurs et les glaneurs. L’un comme l’autre, Zed (Jack Black) et Oh (Michael Cera) sont des poids morts pour le clan, qui les tolère tout juste. Mais le jour où Zed mangea le fruit défendu, il fut banni, accompagné par Oh. Et pour la première fois de leur vie, ils vont découvrir qu’un monde se cache au delà des montagnes : la civilisation.

Voilà donc le magnifique synopsis du film : deux bouseux archaïques qui se retrouvent dans un monde beaucoup plus évolué. C’est peu, mais on imagine sans mal un certain potentiel comique, d’autant que le personnage de Zed est un obsédé et qu’il se retrouve à Sodome, lieu ultime de débauche. Mais après le petit passage à la tribu, très long et sans le moindre intérêt, à part quelques blagues inventives mais présentées maladroitement, on subit la première rencontre : dialogues interminables et d’une lourdeur infâme côté humour. Quelques passages drôles puis patatras, une série de pets. De bout en bout on alternera de bons moments amusants à fort potentiel, surtout avec la victimisation de Oh, mais le film est continuellement parsemé d’humour scatophile et indigeste. Le bal des stars tente d’apporter du punch (Christopher Mintz-Plasse, Hank Azaria, Juno Temple, Olivia Wilde), mais le film s’auto-plombe par sa bêtise. L’An 1 ? Des débuts, un milieu, et une fin difficiles.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.