Flic ou voyou

Flic ou voyou
1979
Georges Lautner

Comme dans la quasi intégralité de tous les autres films de sa carrière, on retrouve Jean-Paul Belmondo dans du pur film policier bien français, avec toutes les limites que cela comporte.

Dans le film, il y campe Stanislas Borovitz, un inspecteur de la police des polices un peu spécial. Appelé au renfort par un commissaire (Michel Galabru), il a pour mission de faire tomber la mafia niçoise, particulièrement virulente dans le trafic de drogues et la prostitution. Un peu bourru, belle gueule et voyou, Stanislas va infiltrer le milieu et faire jouer son calibre. Des têtes vont tomber !

Mon dieu quelle originalité… On retrouve donc Bebel dans un rôle qu’il a fait mille fois, avec toujours cette même arrogance maladive. Monsieur joue les gros bras et les séducteurs, et fait bien évidemment des étincelles. Courses poursuites insensées et fusillades à sens unique le mettent sur un piédestal, sans jamais s’inquiéter pour la crédibilité de l’histoire. Personnages en pagaille, retournements de situations théâtrales, discours de leader : un film qui se la raconte. Tout est ultra classique, enchaîné sans trop de logique, et reposant exclusivement sur le sourire de son bellâtre. Le temps est bien long devant ce film purement commercial et sans intérêt.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.