Young Adult

Young Adult
2012
Jason Reitman

Qu’importe qui on était au lycée, on a tous connu le prototype même de la bombasse auto-suffisante qui regardait tout le monde de haut, alors même qu’on l’idolâtrait. Le genre de personnes qui au final n’avait pas vraiment d’amis car tous espéraient en fait la voir tomber avec fracas de son piédestal.

Ici, l’ex star de son lycée Mavis Gary (Charlize Theron) s’est fait une place en ville, et gagne très bien sa vie en écrivant des romans pour ados. Presque célèbre et assez riche, elle mène une vie que beaucoup envient. Mais elle est malheureuse : son premier mariage fut raté, la saga sur laquelle elle travaillait ne se vend plus, et elle ne pense qu’à son ancien amant du lycée, Buddy Slade (Patrick Wilson), qu’elle voit encore aujourd’hui comme l’amour de sa vie. Après tant d’années, elle décide de revenir dans la ville de son enfance, et de le reconquérir. Seul problème : il est marié et a une petite fille. Persuadée qu’il ne peut être heureux qu’avec elle, elle fera tout de même tout pour le récupérer.

Ah le bon gros cliché du lycée américain avec ses élites et ses déchets ! Le film nous propose donc de découvrir ce qu’ils sont devenus, la trentaine bien tassée, et du point de vu d’une ex miss en puissance. Et bizarrement il semblerait que le taux de bonheur soit proportionnel à la popularité d’antan, sauf pour Mavis donc, qui en déprime d’autant plus. Dans le film, entre deux beuverie avec la victime du lycée – qui fut passé à tabac, le rendant lourdement boiteux à vie -, elle tente de recoller les morceaux avec son copain du lycée, passant outre sa femme et sa fille. On le comprend assez vite, c’est une folle et le film représente sa mise en abîme. Assez intéressant et particulièrement bien interprété par l’envoûtante Charlize Theron, le film ne manque pas d’attiser notre curiosité. Mais entre sa redondance et son manque d’ambition psychologique, le film ne s’impose pas autant que ce qu’il aurait pu. Et mise à part une semi-revanche sur la vie pour un défavorisé, la fin n’apporte pas les réponses souhaitées. Une très bonne idée qui s’avérera finalement assez limitée.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.