5 ans de Réflexion

5 ans de Réflexion
2012
Nicholas Stoller

Dans la vie il faut faire des choix, et celui de Tom (Jason Segel) et de Violet (Emily Blunt) fut de s’aimer. Fraîchement fiancés, ils sont arrivé à un point de leur vie où leurs carrières deviennent un frein. Lui chef cuisinier, elle tout juste diplômée d’un doctorat de psychologie, leurs opportunités divergent, et pour rester ensemble il accepte de tout sacrifier. Préférant passer de grand chef à Los Angeles à simple cuisinier de fast food dans une bourgade du Michigan pour qu’elle puisse exercer son métier, il se rendra peu à peu compte de tout ce qu’il a perdu, le faisant régresser un peu plus chaque jour. Et entre le déménagement et l’acclimatation à leur nouvelle vie, le mariage se retrouvera constamment reporté…

Ou l’histoire d’un film au titre particulièrement mal choisi. Comment faire mine d’être surpris quand les tentatives de mariages capotent, puisque le titre lui-même annonce très clairement que si mariage il y a, il n’aura lieu que cinq ans plus tard. On garde tout de même le suspense de la conclusion, ayant en mémoire un autre film au titre semblable : 7 ans de séduction. Un film qui nous rappel que tout peux finir mal, même si cela déçoit honteusement le spectateur. Néanmoins la situation est ici tout autre, puisqu’il s’agit de cinq années de vie commune, qui arrivera à nous surprendre dans le bon sens du terme quand à sa fin. Etant avant tout une comédie, le film repose donc sur son humour, assez fin et efficace pour un film du genre. On retrouvera quelques facilités et gags en dessous de la ceinture, mais de manière générale c’est plus potache que débile. Et malgré certains passages plus sombres et mélancoliques, une bonne ambiance générale se dégage, notamment grâce à la sympathie des personnages. On appréciera aussi beaucoup les boutades et tests surréalistes du département de psychologie sociale (dirigé par Rhys Ifans), trouvant là un très bon comique de situation utilisé en Running gag. Le film peut aussi compter sur des personnages secondaires atypiques et amusants, surtout le meilleur ami, époux de la sœur. Pas dépouillant de rire, le film s’impose tout de même comme un divertissement très réussi qui a le mérite d’apporter quelques idées originales à une formule trop classique.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.