Fire with fire, vengeance par le feu

Fire with fire, vengeance par le feu
2013
David Barett

Avec un nombre de film sortant au cinéma croissant, il devient de plus en plus difficile de se faufiler dans le calendrier, au point d’avoir certaines aberrations comme ce Noël aux Etats-Unis où pas moins de six sorties nationales ont eu lieu le même jour (dont trois à plus de 90 M$ de budget). Ce film, qui n’a pas eu l’honneur d’une sortie en salles, marque donc une nouvelle étape dans le déclin constant de la carrière de Bruce Willis, même si son rôle n’est que secondaire.

Pompier de Los Angeles, Jeremy Coleman (Josh Duhamel) sortait simplement acheter des ravitaillements pour une soirée ce jour là, mais il se retrouva mêlé à une sombre affaire de gang. L’un veut acquérir la boutique, mais l’autre qui la possède refuse. Bilan : le gérant et son fils, froidement assassinés, et Jeremy se retrouve témoin d’un double-meurtre où il a faillit y rester. Manque de bol, le hasard a voulu que le chef mafieux, Hagan, se soit salit les mains cette fois-ci, et le témoignage de Jeremy pourrait lui coûter cher. Ayant tissé une relation avec l’agent chargé de sa protection (Rosario Dawson), il va s’en servir pour le mettre à genou et l’obliger à se retirer du procès. Mais dans tous les cas, Jeremy est foutu et sa vie ne sera plus jamais sûre, à moins de tuer personnellement Hagan.

Loin des séries B auxquelles on assiste souvent avec les sorties-vidéos, on a là un vrai film d’action bien ficelé, reprenant un peu les codes des films bourrins des années 80-90, tout en y ajoutant une certaine décontraction. Il est vrai qu’il ne s’agit pas ici d’un ex-militaire ou d’un flic qui se retrouverait là au mauvais moment : il s’agit d’un homme seul inexpérimenté, sans trop de moyens, pas très au fait des techniques habituelles, et qui sait à peine tirer avec un flingue. Ses débuts sont donc délicats et il multiplie les erreurs grossières, mais quand il fait enfin quelque chose de fort, l’impact est d’autant plus grand. Le casting est pas mal, même si on a connu les acteurs dans des rôles plus prestigieux, et le rythme est soutenu. Pas très recherché en terme de scénario, le film se laisse malgré tout pleinement apprécier grâce à sa mise en scène très efficace qui transforme cette revanche pas très originale en semi-purge délectable.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.