Cold Comes the Night

Cold Comes the Night
2014
Tze Chun

Maintenant que Breaking Bad est finie, les regards se tournent vers son acteur principal, Bryan Cranston, qui ne devrait pas avoir trop de mal à rebondir au cinéma ou dans une autre série vu tous les prix d’interprétation qu’il a reçu. Et pourtant, son premier film depuis la fin de sa série culte n’a eu droit qu’à une poignée de salles à domicile et ne fut ailleurs qu’un simple direct-to-DVD. Mais il est vrai que malgré sa présence imposante sur l’affiche, il n’est pas le personnage central, et le film a des allures de petite production télévisuelle.

Petite gérante d’un motel assez miteux, Chloe (Alice Eve) se bat pour conserver la charge de sa fille, dont l’habitat ne sied guère à l’assistante publique. Depuis la mort de son mari, les choses ne sont pas au mieux, les lieux n’étant fréquentés que par des gens lugubres et dépravés. De passage en ville avec plus d’un million de dollar à délivrer à un employeur, le tueur à gage Topo (Bryan Cranston) va malheureusement se rendre compte que son chauffeur n’avait rien de fiable quand, à la nuit tombée, il sera assassiné par la prostituée qu’il avait invité dans sa chambre au motel de Chloe. Alors bien sûr, avec les flics sur place, le véhicule abritant l’argent sera confisqué, et Topo décidera de prendre la gérante en otage pour l’aider à reprendre son dû.

Deux clichés pour le prix d’un ! D’un côté la pauvre mère célibataire dans le besoin (l’actrice a d’ailleurs été salement enlaidie pour le film), et de l’autre un gros bras qui se fait vieux, le tout dans une petite ville campagnarde qu’on a déjà vu mille fois (encore un film qui a sûrement été tourné à Vancouver). L’histoire d’un sac plein d’argent à retrouver ne date pas non plus d’hier, et les divers rebondissements sentent tous le réchauffé. Donc le film n’a clairement pas grand chose à revendiquer sur le fond. Là où il aurait pu faire la différence, c’est sur la forme, mais c’est aussi raté. La réalisation a des décennies de retard et les acteurs sont très mal servis par leurs rôles indignes. Fondamentalement le film n’est pas mauvais, il est juste incroyablement banal et superficiel. Reste à savoir si pour vous revoir Heisenberg (qui a bien la même voix que dans la série pour la VF) vaut cette perte de temps.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.