Afternoon Delight

Afternoon Delight
2013
Jill Soloway

Étrangement cité parmi les meilleurs films de l’année par le réalisateur de Django Unchained, le film n’a pourtant pas connu le succès, que ce soit en salle ou au niveau des critiques. Et il est vrai que son sujet ne paye pas de mine : on y suit les problèmes conjugaux d’un couple usé par le poids des ans, Rachel (Kathryn Hahn) et Jeff (Josh Radnor). Ils n’ont plus fait l’amour depuis six mois à cause d’elle, et elle rechigne même à s’occuper de son fils, gardant la rancœur de sa période nourrisson où elle n’arrivait pas à l’allaiter. Unique responsable de la lassitude de leur couple, elle décide de tenter avec lui l’expérience d’une boîte de streap-tease, où elle recevra une dance privée avec McKenna (Juno Temple). Elle pensait remettre un peu de piment dans leur vie, mais en sympathisant avec McKenna et en lui proposant de l’aider et de l’héberger, elle va semer le chaos.

Un couple qui ne s’exprime plus au lit est un couple fini. À moins bien sûr d’y remédier fissa, seconde option autour de laquelle gravite le film. Mais est-ce vraiment le cas ? Quand on la voit s’accrocher à ce point à cette jeune streap-teaseuse – qui s’avérera même être un peu plus pour certains clients – on doute de ses réelles motivations d’âme charitable, et on s’imagine très vite des pulsions lesbiennes refoulées. S’installe alors une multitude de tensions : sexuelle entre Rachel et sa protégée, gênée entre son mari et McKenna, et aussi de l’animosité par rapport à cette nouvelle venue pour les amies de Rachel. Cela dynamise une histoire sinon très pauvre et classique, se limitant à des déboires conjugaux. La plupart des pistes sont traitées et le film nous nargue en feintant de partir dans la direction attirante, quitte à faire dans la demi-mesure. Mise à part ça le film est original et plutôt léger dans son ambiance malgré son histoire d’apparence assez lourde, et puis retrouver Ted Mosby est un atout d’envergure. Pas de quoi pavoiser mais c’est bien fait et ça se regarde tout seul.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.