Blackout Total

Blackout Total
2014
Steven Brill

Voilà bien un film qui n’avait d’apparence rien pour lui : sorti dans peu de salles aux Etats-Unis où il a de toute façon bidé (il faut dire que le sortir en VOD le même jour est une idée commerciale douteuse), le film est au passage réalisé par quelqu’un qui n’avait jamais dépassé les cent mille entrées en France (chose faite désormais à 2154 entrées près), peu surprenant compte tenu de la pauvresse de sa filmographie. Alors pourquoi tenter l’aventure alors même que la bande-annone laissait supposer une comédie très pauvre ? On se le demande encore…

Contrairement à ce que le titre laissait penser, il ne s’agit pas là d’une version cruchasse de Very Bad Trip, n’ayant aucune gueule de bois à déplorer : juste une gourde à la bêtise ahurissante. Petite présentatrice locale, Meghan (Elizabeth Banks) espérait obtenir un job de présentatrice plus prestigieux, surtout qu’elle était l’une des deux finalistes pour le job en question, mais voilà, elle ne fut pas retenue. Totalement désabusée, elle va se réfugier dans l’alcool, le temps d’une soirée. Reprenant pleinement ses « facultés mentales » quelque peu après, elle va alors se rappeler du barman (James Marsden) avec qui elle a fini, et prendre ainsi ses jambes à son cou. Un départ précipité qu’elle va amèrement regretter : la journée qui l’attend sera une succession de mauvais choix et de malchance.

Miam miam, elle est très jolie cette Elizabeth Banks, magnifique dans sa robe jaune. Et sinon ? Deux trois situations cocasses, un duo de flic tellement incompétent que s’en est drôle, et des copines si folles qu’on adhère partiellement. Mais globalement, cette hallucinante journée est bien trop stupide pour convaincre, il est vrai peu aidé par les acteurs, surjouant affreusement. De même, le style comique est très facile et lourd, trop rarement efficace. On se doute bien de comment les choses peuvent évoluer, et une fois entré dans la spirale de bêtise, la logique du film est rapidement démasquée et son scénario, d’une pauvreté certaine, ne surprendra jamais. Bien sûr, comparé aux plus décadentes comédies de ses dernières années, on s’en sort magnifiquement, le trash nous étant épargné, à défaut d’être accompagné d’un langage châtié. Les fans du genre seront sans doutes moins exigeants, mais objectivement c’est tout juste supportable.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.