Les Bronzés font du ski

Les Bronzés font du ski
1979
Patrice Leconte

Fort du succès des Bronzés, l’équipe du Splendid a eu l’occasion de renouveler l’expérience cinématographique, transposant la joyeuse bande non plus sous le soleil et les cocotiers, mais à la neige, près de Chamonix. Tout aussi culte dans l’esprit populaire grâce aux innombrables rediffusions, le film fut néanmoins moins populaire dans les salles lors de sa sortie : un peu moins de 1,6 millions d’entrées, soit une nette baisse comparé au premier.

Animateur un jour, animateur toujours, Popeye (Thierry Lhermitte) est cette fois-ci moniteur de ski et vendeur dans un magasin d’accessoires dans une station où travaille justement son ami Jérôme (Christian Clavier), toujours docteur, marié depuis avec Gigi (Marie-Anne Chazel) qu’il avait rencontré en Côte d’Ivoire. Heureuse coïncidence, cet hiver ils recevront la visite simultanée de Bernard (Gérard Jugnot) et Nathalie (Josiane Balasko), plus tranquilles désormais dans leur couple, Jean-Claude Dusse (Michel Blanc) qui compte bien conclure sur un malentendu avec la réceptionniste, et même Christiane (Dominique Lavanant) l’esthéticienne, amouraché d’un vieil homme marié.

Même principe que pour le premier film : une bande de copains (bien qu’ils le soient d’emblée dans cette suite) en vacances, changeant le sable en neige. Un changement radical qui permet sans mal de différentier les deux films, mais la comparaison fait mal. Adieu les soirées délirantes en chemises hawaïenne et bonjour les soirées fondues embarrassantes, les nuits au chalet frustrantes et autres produits régionaux infâmes. Fini la simplicité et le calme des vagues car arrive la mauvaise humeur et les coups de gueule. L’humour change pour devenir plus grinçant, parfois méchant, et si le résultat marche plutôt bien, on s’amuse largement moins, la faute à un ton plus lourd et un cadre moins festif. Mais le pire vient sans doute des personnages : Popeye n’est plus le dragueur hors compétition, Jérôme n’essaye plus d’être un séducteur puisque ayant déjà Gigi, et cette dernière, n’étant plus une aguicheuse, ne garde de sa personnalité que le côté chieuse et débile, la rendant presque insupportable. Plus encore, l’animosité du couple Bernard / Nathalie n’est plus – cette dernière a d’ailleurs perdu quasiment tout son charme en tout juste un an, à peine pensable – et leurs personnages y perdent beaucoup d’intérêt, sans compter l’histoire de Christiane absolument grotesque et dénué d’humour. Le seul personnage gagnant légèrement des galons est Jean-Claude Dusse et ses fameuses tentatives pour conclure, offrant la classique chanson du « pays merveilleux ». Mais en dehors de ça, le reste n’est pas à la hauteur et même la dégustation finale est un peu fade, loin de la drôlerie du premier film. Une suite sympathique, mais terriblement décevante compte tenu de l’écart de niveau.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.