Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu ?

Qu’est-ce qu’on a fait au Bon Dieu ?
2014
Philippe de Chauveron

Après Bienvenu chez les Ch’tis et Intouchables, voici le nouveau phénomène français du moment : plus de 12,2 millions d’entrées en France, plus de 3 millions en Allemagne et pas loin de 20 millions de spectateurs dans le monde. Et comme à chaque fois, si le film est sympathique, l’engouement qu’il a suscité est complètement disproportionné et hasardeux. Et cela est d’autant plus étonnant qu’il s’agit du seul succès de son réalisateur en dehors des deux étrons d’adaptations de Ducobu.

France, terre de mixité, de brassage ethnique. Nous somme l’un des pays où le taux d’immigration est l’un des plus haut du monde, une réalité avec laquelle pas mal de gens ont dû mal à vivre, surtout quand on y est exposé de près. Dans la famille Verneuil (Christian Clavier & Chantal Lauby), le ciel leur tomba sur la tête quand leurs trois filles (incluant Frédérique Bel et Elodie Fontan) se marièrent respectivement à un arabe (Medi Sadoun), un juif (Ary Abittan) et un chinois. Un dernier espoir résidait en leur quatrième fille, dernière à pouvoir ramener un français de souche et sauver l’honneur, mais patatras : son fiancé est noir. La goûte d’eau qui fait déborder le vase !

Deux parents racistes, des filles qui font quasiment exprès pour les provoquer : voilà donc le sujet si comique du film. Le film n’est d’ailleurs pas là pour encourager le métissage car au fond les couples n’ont que peu d’importance. Leurs mariages sont expédiés à une vitesse ahurissante et rien ne laisse transparaître une quelconque trace d’amour, sauf peut-être entre les deux parents dont la complicité est visible. Le but est donc de nous proposer deux bourgeois face à leur échec, voulant démontrer que leurs traditions et leurs valeurs sont désuètes, de quoi faire hérisser le poil à tous les catholique catalogués comme ringards et anti-progrès. Pour ce faire, le film enchaîne des gags particulièrement éculés, faciles et clichés sur les races et les religions. Tous les amalgames, on les connait, mais malgré tout c’est avec ça qu’on veut nous faire rire. Pari à priori un peu compliqué à tenir, mais grâce à un rythme dynamique et à une durée plutôt courte, le film se montre efficace. Christian Clavier est génial, ses filles et sa femme corrects, mais ses gendres sont franchement mauvais, surtout le quatrième. Rien d’extraordinaire mais on se marre bien, le film faisant exactement ce qu’on attendait de lui, ni plus ni moins.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.