Bug

Bug
2007
William Friedkin

Le titre aurait pu faire référence à un plantage dans le système de communication cérébral, et ça n’aurait pas été erroné, mais non, il s’agit ici d’insectes. Adaptation d’une pièce de théâtre (logique dans la mesure où le film est un huis clos), le film nous narre comment Agnes (Ashley Judd), après avoir accepté qu’un inconnu – Peter (Michael Shannon) – dorme chez elle, va sombrer avec lui dans un délire psychotique. Femme brisée entre son fils qu’elle a perdu il y a dix ans et son ex-mari taulard qui l’harcèle, elle va trouver en Peter le réconfort auquel elle aspirait. Malheureusement, il cache certains secrets qui risquent bien dans la mettre en danger.

Le cadre de l’Amérique profonde offre des personnages atypiques, aux bagages souvent lourds, territoire propice aux plus belles machinations. Après une longue introduction montrant le misérabilisme extrême des personnages, on découvre un invité mystère pour le moins inquiétant, plein de promesses. Puis vient le « principal » sujet du film : la présence dans la chambre de minuscules insectes, s’insinuant de partout et irritant. Un mal qui se répand et qui rend fou. Les acteurs ne sont pourtant pas mauvais, mais on y croit pas une seule seconde, la thèse de la folie étant la seule logique, et ce à chaque instant. La construction est trop molle, la folie trop agressive, et du coup on se désintéresse rapidement de cette situation qui aurait pu être brillante, mais clairement pas en l’état. Erreur d’angle, d’écriture ? Très certainement aussi, certains discours sur la fin assommant grandement. Le suspense est raté, le développement lasse. Quelques intentions à garder, mais globalement le film ne vaut pas le coup.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.