Motel

Motel
2007
Nimrod Antal

Vu au moment de sa sortie il y a de ça presque huit ans, le film m’avait alors relativement plus, d’autant plus qu’il s’agissait de ma toute première expérience horrifique en salle (un comble vu le bide que le film s’est payé). Mais bon, les choses ont pas mal évolué depuis, et il était temps de s’y confronter à nouveau.

En voyant tout ces motels ruraux complètement vides et dont la rentabilité tenait du mystère, le scénariste du film a alors imaginé quel genre d’obscure commerce pourrait y être lié. Couple brisé ayant perdu leur enfant, Amy et David (Kate Beckinsale & Luke Wilson) vont expérimenter sa théorie. En panne en pleine campagne, ils vont échouer dans un Motel miteux, visiblement les seuls clients présents. Peu ragoûtés par l’état déplorable des lieux, ils vont découvrir que l’endroit est le théâtre d’atrocités, et ils pourraient bien être les prochaines victimes.

Si le film était sorti dans les années 70, il serait aujourd’hui un classique du genre, mais sortir un cas aussi banal à l’heure actuelle est une erreur. Le coup des touristes que personne ne sait qu’ils sont venus et que personne ne cherchera dans le coin, permettant de les faire disparaître sans inquiétude, c’est un cliché ambulant du cinéma horrifique, et y mettre deux stars d’Hollywood n’y change pas grand chose. Le suspens est mort dans l’œuf, et le scénario est d’une platitude sans nom. Heureusement, le film est assez bien fait, possédant quelques effets de mise en scène, mais pas non plus de quoi provoquer le frisson, l’aspect horrifique étant peu convaincant. D’un autre côté c’est court, les intentions sont claires et le film va droit au but, donc pour peu qu’on soit sensible au style et aux décors, le film peut éventuellement faire mouche. Ça reste léger tout de même, et le film se justifie difficilement.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.