Les Rayures du zèbre

Les Rayures du zèbre
2013
Benoît Mariage

Le football est le sport le plus populaire de par chez nous, et pourtant, ce film n’a pas eu droit à une vraie sortie, n’obtenant qu’une poignée de salles ne lui suffisant pas pour figurer dans le classement des sorties, alors même qu’on retrouve à sa tête un acteur à qui l’on doit nombre de succès. Mais il faut bien dire qu’après visionnage, la raison est évidente, et on se demande même pourquoi on a pu donner le feu vert à un tel projet.

Parmi les meilleurs métiers au monde, outre celui à tisser, on retrouve celui de recruteur. Payés une fortune par les clubs de foot, ils doivent dénicher aux quatre coins du monde la perle rare qui apportera de la fraîcheur et du talent à moindre coût. De l’argent, du tourisme, et le sentiment d’être le prophète qui sauve un club en déroute, et fait vivre la grande vie à de pauvres noirs qui sans lui ne seraient rien. José (Benoît Poelvoorde) est recruteur pour un club belge, et il se complet plus que quiconque dans son rôle.

Toi le singe noir qui ne vaut que pour ses femelles généreuses, va donc me rapporter le plus de fric possible en tapant dans la balle. Et si t’es pas le meilleur, si tu refuse de prendre ton médicament (dopage), saches qu’ils sont des milliers à vouloir prendre ta place. Voilà donc le message du film, tout en finesse, avec un héros insupportable à l’avidité infinie et qui ne pense qu’à fourrer les fameux produits exotiques, même si la provenance est douteuse. Mais le portrait des africains n’est pas non plus réjouissant : les hommes sont tous aussi avides, prêts à vendre leur enfant pour se faire un peu d’argent ou à tuer son frère si ça peut le faire partir en Europe, et les femmes quant à elles ouvrent bien grand les cuisses quand les blancs passent. C’est une véritable avalanche de clichés à laquelle on assiste donc, avec une vulgarité incroyable, mais il n’y a pas que ça de néfaste dans ce film. Jamais drôle pour un sou, le film est aussi régulièrement incompréhensible entre les accents de chacun, d’autant que l’articulation est médiocre. Une histoire minable, des acteurs détestables, et rien ne viendra sauver ce naufrage artistique.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.