Good Morning England

Good Morning England
2009
Richard Curtis

Trois films, trois bijoux. Scénariste à la base, Richard Curtis nous avez offert en 2003 l’une des plus belles comédies-romantiques qui soit, Love Actually, et il a récemment fait très fort avec Il était temps, autre romance magnifique, mais placée sous le signe du voyage temporel avec une approche très profonde et travaillée. Et entre les deux, on retrouve cette comédie non moins réussie, ode au rock et aux années magiques des débuts, même si contrairement aux deux autres, le succès commercial ne fut pas au rendez-vous, malgré l’enthousiasme des critiques.

Dans les années 60, alors que le monde du rock’n roll accueillait certaines de ses plus grandes légendes, dont beaucoup en provenance de Grande-Bretagne, ce même pays en interdisait la diffusion à la radio, la jugeant décadente. Faisant front et souhaitant apporter au peuple ce qu’il demandait, nombre de stations de radio pirates ont vu le jour, notamment « Radio Pirate », aux DJ aussi légendaire que les musiciens qu’il passaient. Cherchant sa place dans ce monde, le jeune Carl (Tom Sturridge) va avoir l’immense privilège de monter à bord de leur paquebot, côtoyant des personnages aussi atypiques que Le Conte (Philip Seymour Hoffman) et son rival Gavin (Rhys Ifans), son parrain et maître à bord Quentin (Bill Nighy), le chaud lapin Dave (Nick Frost) et bien d’autres. Un petit paradis flottant que suivent quelques 20 millions d’auditeurs, de quoi donner quelques sueurs froides au gouvernement, bien impuissant face à cette déferlante.

On peut difficilement imaginer meilleur film sur le sujet. Tout y est : l’ambiance, le casting, le talent, la mise en scène. La période a beau être lointaine, les tubes pas tous connus, impossible de rester insensible face à des partitions aussi entraînantes et mélodieuses. La bande son est tout simplement mythique, et on se retrouve immédiatement happé par l’ambiance de l’époque, tellement plus cool et relaxe. Et avec des personnages à ce point charismatiques et sympathiques, on jubile de la vie sur le bateau, d’autant que le casting, très en forme, est ahurissant (avec en plus de ceux susmentionnés Emma Thompson, Kenneth Branagh, January Jones et Gemma Arterton). Les plans sont intimistes, favorisant le rapprochement pour une immersion optimale, le montage dynamique, et l’humour omniprésent irrésistible, so british. On voudrait tellement y être, participer à l’aventure, déconner et se marrer avec la bande, et c’est en ça que le film est si bon.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.