Coeurs perdus en Atlantide

Cœurs perdus en Atlantide
2002
Scott Hicks

Voilà un titre qui laisse espérer l’un des films les plus puissants de l’histoire. On sent déjà le drame poignant ou la romance incroyable dans le plus enchanteur des décors au monde, l’Atlantide. Qui sait, une histoire de fantôme atlante, l’enquête de toute une vie sur cette cité mystérieuse ? En fait non, c’est simplement l’histoire d’un homme désabusé se remémorant ses grands moments passés.

Convié à l’enterrement de l’un de ses meilleurs amis d’enfance, Bobby (David Morse) va retourner pour la première fois depuis plus de trente ans dans sa ville natale. Il va alors se remémorer l’une des plus belles périodes de sa vie, celle de ses 11 ans (incarné par Anton Yelchin), où il a découvert l’amour et fait la connaissance de Ted (Anthony Hopkins), un bien étrange vieil homme qui avait emménagé dans la partie supérieure de sa maison.

C’est dingue, on dirait que les gens ne savent pas faire un beau film d’enfance sans nous déprimer avec la dure réalité des adultes. À peine cinq minutes se sont écoulées qu’on apprend la mort des deux meilleurs amis d’enfance du héros, incluant son tout premier amour. Paye ta dépression ! Dommage que l’enrobage de l’histoire soit si pesante et inutilement triste, car en dehors de ça, le film est plutôt bon, quoiqu’assez classique. Malgré son titre, ça n’est qu’une histoire de père de substitution, de quête d’amour, de reconnaissance, et vaguement d’aventure, mais en très sous-exploité. Les énigmes entourant le personnage de Ted sont sympa, mais dans les faits il ne représente qu’une métaphore du passage vers l’âge adulte, la découverte des choses de la vie. Le ton est très agréable cependant, le casting inspiré, et la fable offre un joli voyage. Décevant sur bien des points et semblable à tant d’autres, on laissera cette petite parenthèse enchantée aux moins exigeants.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.