Goodnight Mommy

Goodnight Mommy
2015
Veronika Franz, Severin Fiala

Tu vas prendre tellement cher film de merde ! Naïvement convaincu par un certain Durendal des possibles qualités de ce film, évoqué dans ses quatre vidéos de bilan annuel, j’ai foncé tête baissée dans ce qui se trouve être en réalité un remake de L’Autre, un minable film d’épouvante des années 70 vu il y a tout juste une semaine.

Tout comme son modèle de médiocrité, le film nous conte la dérive d’un petit con qui ne se remet pas du tout de la mort de son jumeau et va en faire payer le prix à sa mère, officiellement parce qu’il ne la reconnaît pas suite à une opération esthétique, mais c’est probablement en fait dû à accident de voiture dans lequel le jumeau serait mort.

« Maman, pourquoi tu ne mets qu’un seul verre ? » « tu sais très bien pourquoi ». S’en suit un jeu de devinettes où les questions de l’un des jumeaux laissent la mère indifférente. On se demande bien pourquoi… Mais ah ! RAGE ! Deux fois en si peu de temps un foutage de gueule aussi honteux, c’est insupportable ! C’est encore pire que pour l’original ici tant c’est évident dès la première scène, et chaque seconde qui suit est une indigestion d’indices subtilement distillés à grand coup de machette dans la gueule. Même un cobaye médicamenteux en état de mort cérébrale mettrait moins de cinq minutes à comprendre que l’un des jumeaux est mort et que son frère est devenu fou. Donc d’emblée, le film a un degré d’intérêt négatif, et le film mettra encore plus de temps pour nous délivrer la fameuse information de la mort, attendant vraiment la toute fin. Oh quelle surprise ! La séance de torture et la mise à mort de la pauvre mère qui a fait la connerie d’oublier sa pilule sonne le glas d’un des films les moins inspirés, créatifs et intelligents de l’histoire.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.