Girls Only

Girls Only
2015
Lynn Shelton

Sorti en période pré-estivale face à une première vague de blockbusters imparable, le film est, comme partout ailleurs, passé complètement inaperçu, comme l’intégralité des films de sa réalisatrice, ce qui ne l’empêche pas de faire signer certaines des plus grandes stars d’Hollywood. Ici, on avait deux morceaux de choix qui se donnaient pour la première fois la réplique, le tout dans une ambiance comédie-romantique qui avait l’air sympa.

S’engager, s’orienter : voilà deux choix difficiles à faire, et lorsque que son petit ami va la demander an mariage, Megan (Keira Knightley) va tout envoyer balader, se retrouvant par le hasard des choses dans une fête de lycéens avec Annika (Chloë Grace Moretz), une jeune avec laquelle elle va se lier d’amitié. Ne sachant où aller, elle va taper l’incruste chez le père (Sam Rockwell) de sa nouvelle amie, l’occasion de faire un point sur sa vie.

Etant donné que le film est arrivé relativement tard en France, l’âge de l’actrice d’Annika m’induisait en erreur car je pensais que le film allait se passer dans un campus universitaire, thème que j’affectionne tout particulièrement et qui s’avère souvent propice aux bonnes comédies. Donc en fait, au lieu de se reprendre en main et repartir à la fac, elle va retomber en enfance dans les méandres de la bêtise pré-graduation. Une régression qui ne fait pas avancer les choses et nous plonge dans un univers pas super intéressant. De même,  l’héroïne n’envoie pas réellement tout valser et pendant longtemps elle ne prendra que des décisions sans conséquences. Les enjeux s’en retrouvent amoindris, la romance bancale, et même côté humour le film peine à convaincre, évitant tout de même le piège de la vulgarité américaine classique. Pas un mauvais film, mais il y avait mieux à faire tant l’écriture est faible.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.