Le Nouveau stagiaire

Le Nouveau stagiaire
2015
Nancy Meyers

Voici le nouveau film de la cinéaste Nancy Meyers, qui a une faculté hallucinante à déplacer les foules, arrive à réunir les plus grandes stars devant sa caméra, et est capable d’obtenir et de rentabiliser outrancièrement des comédies au budget dépassant les 80 M$. Encore très populaire avec plus de 195 M$ au box office mondial, elle a su se calmer sur la dépense ce coup-ci (35 M$) tout en réunissant toujours un casting impressionnant, avec à la clef une histoire très intéressante.

Que faire du temps qui nous est imparti quand notre vie semble toucher à sa fin ? Veuf depuis quelque temps, Ben (Robert De Niro) traînait sans but après avoir fait le tour du monde, se sentant inutile et en dehors de la société. Au hasard d’un café, il va lire une annonce concernant un poste original de stagiaire senior pour les plus de 65 ans dans une l’agence de vente de vêtements en ligne de Jules Ostin (Anne Hathaway), qu’il va immédiatement accepter tant l’idée de retravailler lui semble revigorante.

Un peu dans le style de Là-haut, le film commence tristement par l’histoire d’un homme perdu après la mort de sa femme, trop vieux pour espérer quoi que soit désormais, mais la chance va à nouveau lui sourire. Une histoire qui commence très fort avec un papy émouvant qui nous prouve qu’on est jamais trop vieux pour vivre et être heureux, et il est vrai que le sentiment d’appartenir à quelque chose de plus grand que soit, d’être utile voir indispensable est puissant. Le film nous le montre d’une très belle manière au travers d’amitiés professionnelles tangibles, originales de par le décalage générationnel et culturel, offrant une belle diversité, notamment en terme d’enjeux entre celui du nouveau qui veut percer, de l’employé de longue date qui souhaite enfin se faire remarquer, de celui qui est juste là pour le plaisir de bosser dans un cadre qui lui plaît, du vieux qui cherche un nouveau sens à sa vie, ou encore de la patronne surmenée et délaissée qui se redécouvre et se libère. Beaucoup des ressorts comiques ou narratifs sont classiques et attendus, mais c’est très bien fait et côté émotionnel notre papy marque énormément de points. Un petit film sans grande prétention, nous livrant juste une piste philosophique sur l’art de vivre, et il le fait avec sagesse et inventivité, le tout dans une ambiance apaisante et conviviale.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.