The Nice Guys

The Nice Guys
2016
Shane Black

Présenté hors compétition au dernier festival de Cannes, le film n’est que le troisième de son réalisateur Shane Black, auparavant plus habitué à l’écriture (ayant notamment écrit les deux premières Arme Fatale). Malgré de très bons retours et une belle exposition médiatique, les recettes peinent à décoller, probablement à cause d’un trop plein de blockbusters qui accaparent l’attention (même si certains font des fours historiques), et c’est dommage car le film apporte pas mal de fraîcheur dans le paysage cinématographique actuel.

Se déroulant à Los Angeles en plein dans les années 70, le film nous raconte une enquête en lien avec le milieu du porno. Messager un peu spécial, Jackson Healy (Russell Crowe) va comprendre, après une visite peu amicale, que l’une de ses clientes (fille de Kim Basinger) pourrait être impliquée dans de sales affaires. Il va alors s’associer avec Holland March (Ryan Gosling), détective privé qui était sur sa piste, pour retrouver sa cliente et lui venir en aide.

Budy movie à l’ancienne, le film nous offre un duo d’exception pour une purge d’action délirante et hilarante. Deux sortes de détectives pas vraiment réglos, aux méthodes bien spéciales et au résultat hasardeux. Derrière ces personnages déglingués et haut en couleurs, deux acteurs brillants qui nous offrent des prestations jubilatoires, mais le film ne s’arrête pas là. Derrière les deux hommes, la tête pensante du groupe avec qui ils forment un vrai trio n’est autre que Holly (Angourie Rice), la fille de Holland, véritable révélation du film, loin des enfants encombrants classiques, pas spécialement mature et encore moins pénible, simplement curieuse et volontaire. En résulte un film très bien écrit, aux personnages forts et à l’histoire originale et barrée, et avec surtout un humour percutant, tout en finesse, suggérant les choses (violence et sexe) au lieu de les montrer gratuitement, comme à l’image de la scène de l’ascenseur, une perle d’anthologie. La trame de fond est un peu légère et le rythme pas toujours maîtrisé, mais le film est fun, drôle et décalé. À défaut d’en faire une série comme initialement prévu, on ne dirait pas non à d’autres mésaventures avec notre équipe de choc.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.