Colonia

Colonia
2016
Florian Gallenberger

Libérateur pour les uns, dictateurs pour les autres, le général Augusto Pinochet a indéniablement marqué l’histoire du Chili en reprenant le pouvoir aux communistes en 1973. Globalement apprécié par son peuple, ses opposants étaient très nombreux et le monde entier dénonçait son régime militariste qui bafouait les règles les plus élémentaires des droits de l’homme. Au lendemain de son coup d’état, des manifestations ont éclaté un peu partout dans le pays, et plus de quarante ans après les faits le film revient cette période trouble et les abus inqualifiables qui s’y déroulèrent.

Centré autour du photographe Daniel (Daniel Brühl) et sa compagne hôtesse de l’air Lena (Emma Watson), le film raconte le calvaire que le couple va traverser à l’arrivée de Pinochet au pouvoir. Arrêté pour avoir fabriqué des prospectus contre le gouvernement nouvellement mit en place, Daniel sera torturé et enrôlé de force dans la Colonia Dignidad, un camp soit disant au service de Dieu mais où l’ancien nazi Paul Schäfer (Michael Nyqvist) commet en réalité les pires atrocités. Prête à tout pour l’homme qu’elle aime, Lena va s’enrôler volontairement dans la Colonia, espérant pouvoir l’aider de l’intérieur.

Après un démarrage un peu brouillon où on ne comprend pas très bien ce qu’il se passe ni pourquoi Lena va partir dans une espèce de secte religieuse, le film se révèle par la suite très intéressant, immersif et angoissant. On découvre petit à petit le fonctionnement de la colonie et cela fait froid dans le dos, amplifiant au fil du film notre inquiétude quant au sort de nos héros. Aussi terrible et méprisable que soit le directeur Schäfer, son charisme et l’efficacité de ses méthodes donnent une réelle profondeur à l’emprise qu’exerce le camp, symbole même du régime de Pinochet. Le talent des acteurs aide beaucoup à se sentir impliqué, notamment Daniel Brühl dont le rôle particulièrement exigeant est exécuté avec une telle justesse qu’on sera nous aussi dans un premier temps berné, mais il ne faut surtout pas oublier sa partenaire qui s’impose décidément comme une grande actrice. Toute la dernière partie est parfaitement millimétrée, non sans rappeler le niveau d’excitation du Dernier roi d’Ecosse, finissant ainsi de nous convaincre de son efficacité. Un film haletant sur une histoire vraie méconnue.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.