Final Fantasy, les créatures de l’esprit

Final Fantasy, les créatures de l'esprit
2001
Hironobu Sakaguchi, Monotori Sakakibara

Voici le parfait exemple de comment faire un très bon film magnifique et ne pas le vendre. L’échec fut colossal : budget 137M$ et recettes dans le monde 85M$. Cela s’explique par trois erreurs monumentales. La première vient du titre du film qui est trompeur : le seul rapport avec Final Fantasy vient de l’équipe en charge des effets spéciaux donc le film surprendra les fans de Final Fantasy et rebutera les anti-jeux vidéo. Deuxième erreur : bien qu’on puisse en douter par moments, il s’agit d’un film d’animation. Or ce type de film est privilégié par les enfants. Or ce film est un film de Science-fiction, ce qui élimine d’emblée tout enfants. Et troisièmement, presque aucun film de science-fiction ne rapporte plus de 100M$, ce qui laisse peut de chance de rentabilité.

Côté histoire, dans un future lointain post-apocalyptique, un météore a percuté la Terre. Depuis, des esprits déferlent du météore et tue au touché tout humain, puis les transforment en esprits. Mais le docteur Aki Ross développa une énergie basé sur l’aura du météore qui protège des esprits ce qui a permis de créer des villes bouclier. Malgré tout, la menace des esprit est très importante et leur éradication est primordiale. Pour cela, le général Hein propose l’utilisation du canon spatial Zeus tandis que les docteurs Ross et Cid préconisent une onde opposée des esprits, basée sur sept esprits uniques.

Équipe de Final Fantasy oblige, le film est d’une beauté à couper le souffle (surtout en HD où la qualité est sans précédents) et les humains du film sont d’un niveau de finesse jamais égalé. Une pure réussite technique. De plus, l’histoire est passionnante et les « acteurs » sont très bons. Très bonne surprise.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à Final Fantasy, les créatures de l’esprit

  1. Julien dit :

    Personnellement j’aurais expliqué l’échec commercial du film par un scénario pas travaillé et sans aucune originalité (qui aurait toutefois pu être un scénario de jeu vidéo) et surtout par une animation très inégale : les décors sont plutôt jolis sans pour autant faire preuve d’originalité, encore une fois ; et les personnages sont complètement ratés !
    Pas fluides, trop rigides, trop lisses, on a l’impression de voir un mauvais film de science-fiction interprété par des mannequins en plastique.
    Bref, il ne s’est pas vendu, et c’est tant mieux !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *