Never Let Me Go

Never Let Me Go
2011
Mark Romanek

Film passé inaperçu aux États-Unis et pas encore sorti en France, les nominations aux oscars et césars ont pourtant été de mise. Toutes les recettes du succès étaient pourtant là : un bon casting efficace, tous nominés aux oscars, avec le désormais incontournable Andrew Garfield (The social network) mais aussi Keira Knightley (Pirates des caraïbes) et Carey Mulligan (Wall Street II) ; sans oublier un scénario tiré du best-seller « Auprès de moi toujours ».

Le scénario ressemble très portrait à The Island dans la mesure où des clones sont fabriqués pour être des donneurs d’organes. Mais il ne s’agit pas ici d’un Thriller orienté science-fiction mais d’une romance dramatique. Dans un cadre de campagne anglaise, des écoles sont formés pour accueillir ces clones et faire en sorte qu’ils soient en forme pour survivre au maximum de greffes. A noter que l’école est ici tenue par Charlotte Rampling. Mais ici, les enfants en sont conscient et savent aussi qu’ils mourront en moyenne à leur 2-3° greffe. Malgré cela, ils tenteront de vivre le mieux possible durant leur vie d’à peut près 25 ans. L’histoire se centre sur trois enfants : Ruth (Keira), Kathy (Carey) et Tommy (Andrew). Les deux filles vont se disputés Tommy (bizarrement car il semble un peu autiste). Et le film se terminera bien sûr très mal.

Le chef-d’œuvre escompté n’est pas là. Pire encore, le film est très mou et les acteurs pas si exceptionnel. Reste un film bien réalisé et très touchant. Mais attention : la fin est triste à en mourir. Ah ah ah !

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à Never Let Me Go

  1. Anaïs dit :

    Ah ah ah, on ne dis pas « resemble très potrait » mais « resemble ‘trais pour trais » !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.