Maman, j’ai raté l’avion

Maman, j'ai raté l'avion
1990
Chris Columbus

Icône de la comédie américaine, le film détient le record du box-office américain du registre comédie avec $285,761,243 juste devant Mon beau-père, mes parents et moi avec $279,261,160. Aux commende de se phénomène de société, nul autre que le grand Chris Columbus, scénariste des Gremlins 1 & 2, réalisateur des inoubliables Madame Doubtfire et L’Homme bicentenaire.

L’histoire n’a pourtant l’air de rien comme ça : une famille décide de passer Noël à Paris mais dans le feu du départ, Kevin 9 ans est oublier à la maison et il se retrouve seul ! Après l’euphorie des premiers instants de liberté s’en vient la peur des Casseurs-Flotteurs, deux cambrioleurs pas très pro. Il va devoir protéger sa maison coûte que coûte.

Après les années, le film est toujours très drôle et le jeune Macaulay Culkin (Kevin) est génial avec sa tête d’ange. Mais comme tout enfants star, il sombra rapidement dans l’alcool et la drogue mais lui, contrairement à Jonathan Brandis (L’histoire sans fin II) suicidé à l’age de 27 ans, il réussi à en sortir après 7 année noir entre 1995 et 2002. Ce film eu droit à une suite deux ans plus tard avec Maman, j’ai encore raté l’avion mais aussi deux fausses suite honteuse (dans le genre de Titanic 2). Le « récent » format Blue-ray est une bonne occasion de (re)découvrir se grand classique.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.