Alex Rider : Stormbreaker

Alex Rider : Stormbreaker
2006
Geoffrey Sax

Les films d’agents secret adolescent ça n’a jamais vraiment marché (Cody Bank) et c’est particulièrement vrai pour Alex Rider. Cette production américano-anglo-allemande fut un gouffre financier monumental : 40 M$ de budget pour 24 M$ de recettes (dont un ridicule 0.67 M$ aux USA) sans compter le bide du jeux vidéo sorti sur GBA (déjà morte) et DS. Le film s’appuie pourtant sur des valeurs sûre :

Alex Rider (Alex Pettyfer (Wild Chil, Numéro Quatre)) est un collégien de 14 ans (16, ah mais du coup c’est le lycée ? Pas grave, il aura l’air d’un attardé) tout a fait normal, jusqu’au jour où son tuteur/oncle Ian (Iwan McGregor) se fait tué lors d’une mission. Eh oui, il était agent secret ! Alex va alors apprendre que toutes les activités qu’il pratiqués ces dernières années (Karaté, Escalade, Rafting …) étaient dans le but de préparé la relève. Il va devoir espionner Darrius Sayle (Mickey Rourke), créateur des ordinateurs « Storbreaker », et découvrir ce qui se cache derrière le « virus ».

Le film peut compter sur du lourd, que se soit au niveau mise en scène ou des acteurs avec en plus de ceux cité, Bill Nighy (Good Morning England, Harry Potter 7 et 8) et Missi Pyle (Big Fish, Charlie et la chocolaterie). Le film est aussi drôle et fun, ce qui tranche avec le style habituel des films d’espionnage. Du coup, le film est frais et on passe un bon moment. Ça change.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.