Journal d’un dégonflé

Journal d'un dégonflé
2010
Thor Freudenthal

Énorme succès surprise comme le fut Le petit Nicolas de par chez nous. Mais le succès fut bien plus important puisque Le petit Nicolas avait un budget 22.7 M€ (29M$) et a rapporté 41M€ (56M$) et ceux du Journal d’un dégonflé sont de 15M$ et 76M$. Que se soit devant ou derrière la caméra, que des débutants à l’exception de Chloe Moretz (Hit Girl dans Kick-Ass) mais dont le rôle est minime.

Niveau « scénario », que du classique : un héros-looser, Greg (Zachary Gordon), qui tente de gagner de la popularité mais se frotte à la dure réalité du collège. On sent une très grosse inspiration du côté de Drôle de frère (ou Guerre des Stevens) – et notre héros a d’ailleurs un frère, Rodrick (Devon Bostick) – puisqu’on y retrouve la tentative de faire parti d’un club de lutte avec triche pour gagner du poids et donc éviter un candidat du rang inférieur en gagnant un rang grâce à des altères dissimulés, faire parti du comité de surveillance. A noter que le meilleur ami à une ressemblance plus que frappante avec Labrioche, lui aussi de Drôle de frère.

C’est probablement la ressemblance avec cette série extrêmement populaire (dans le temps) qui a fait le succès du film. C’est aussi la seul solution valable tant le film est mauvais entre les gags débiles et répétitifs et la crétinerie des enfants qui sont dors et déjà promis à de brillants avenirs. Seul deux publics pourraient à la rigueur trouver un quelconque intérêt au film : les américains et les enfants. Et dire que dans deux semaines la suite sort aux États-Unis et en juillet pour nous…

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.