Tron

Tron
1982
Steven Lisberger

Après une sortie en salle bancale, Tron se verra attribuer par la suite le statut de légende de pour le côté révolutionnaire des effets spéciaux présent. Pour la première fois, acteurs réels et animations se retrouvent mélangés pour créer un univers virtuel de science-fiction bluffant.

Le film s’axera autour du personnage de Kevin Flynn (Jeff Bridges (The Big Lebowski, Crazy Heart)) ancien employé d’ENCOM qui s’est fait voler ses création par Ed Dillinger. Ce dernier obtient un contrôle total de l’entreprise grâce au MCP (Maitre Contrôle Principal) qui empêche la libre circulation des données ou programmes. C’est alors que Kevin trouvera de l’aide en la personne d’Alan, créateur d’un programme libre capable d’arrêter le MCP : Tron. Et c’est en voulant activer le programme que Kevin se retrouve digitalisé par le MCP, grâce à un laser à molécules, dans un univers virtuel ou les programmes ont apparence humaine.

Mise à part l’univers, le film est purement fantastique et ne s’appuie sur aucuns faits scientifiques. Même avec les années, forcé de reconnaître que les acteurs sont bons, la musique excellente et l’univers incroyable. A noter que le doubleur de Alan/Tron est fait par Patrick Poivé en français (= Bruce Willis). Après vision, on est obligé de dire bravo à Kingdom Heart II tant le passage dans l’univers de Tron est la réplique exacte du film jusque dans le moindre détail. On peut donc dire que, même avec le temps, le film mérite son statut de légende et espérons que la suite lui fasse honneur.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.