The Ghost Writer

The Ghost-Writer
2010
Roman Polanski

Doubleur, c’est un métier qui ne s’improvise pas. C’est ce qu’à prouver Canal + en faisant le choix kamikaze de diffuser ce film en version canadienne-francophone. Bon alors certes, on ne reconnait pas les voix, mais à la rigueur admettons. Si ce n’est que là, soit les acteurs sont tous mauvais, soit (et c’est même sûr) les doublages sont catastrophiques.

Pour l’histoire, que du classique : un nègre (Ewan McGregor) est employé par un ministre (Pierce Brosnan) pour fignoler son autobiographie. Il va alors se rendre compte d’un complot gouvernemental.

Pour assurer avec un script aussi classique, il faut un minimum d’originalité. Mais non ! On a là un scénario très faible, accompagné par des dialogues maladroits, le tout dans un rythme très mou. Seule la dernière demi-heure se montre captivante et c’est peu sur un film de plus de deux heures. La fin est pour sa part d’une bêtise à en pleurer et donne clairement une impression de bâclé. Seule la réalisation sort son épingle du jeu, ce qui a valu le césar du meilleur réalisateur à Roman Polenski. Pas bien passionnant…

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.