Le Crime est notre affaire

Le Crime est notre affaire
2008
Pascal Thomas

Après Mon petit doigt m’a dit… Pascal Thomas réuni à nouveau Catherine Frot et André Dussollier autour d’une comédie policière. Mais pas n’importe laquelle puisqu’il s’agit d’une adaptation d’un roman d’Agatha Christie. L’histoire pour sa part est on ne peut plus banale : la tante de Catherine voit une femme agressée dans le train qu’elle croise, mais la police ne la prend pas au sérieux alors que Catherine si. Cette dernière profite d’une semaine de vacances de son mari pour jouer les cuisinières dans une demeure parfaite pour planquer un corps jeté depuis le train. Et effectivement, elle retrouve rapidement le corps. Reste à savoir qui est coupable.

Le scénario est d’une banalité monstre et accumule les clichés du genre. Pire encore, le déroulement est prévisible et la fin attendue. De plus, les acteurs surjouent de façon très théâtrale nous rappelant les heures sombres du cinéma à l’époque où personne ne savait jouer correctement. Ce qui sauve le film de la perdition c’est son humour, certes facile et convenu, mais bien venu avec même quelques bonnes idées, notamment la dernière scène. Mais bon, encore un mauvais film français…

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à Le Crime est notre affaire

  1. Julien dit :

    Si ça se trouve, un jour tu comprendras que la théâtralité du jeu des acteurs peut être faite exprès.
    Dans ce film-là, j’en sais rien, mais dans les films d’Ozon par exemple, c’est le cas.
    C’est un style, c’est tout. Ce ne sont pas spécialement les mauvais acteurs qui jouent comme ça.

  2. Antoine dit :

    Même si c’est fait exprès, ça reste une erreur colossale au vu du résultat. Et si, ce sont justement les mauvais acteurs qui jouent de façon théâtrale. Jamais tu verrai Bruce Willis jouer comme ça.

  3. Julien dit :

    En même temps, Bruce Willis n’est pas si bon acteur que ça…
    Et Depardieu joue théâtral quand il le faut, ou « naturel » selon le film.
    Dussollier aussi joue théâtral et est capable de jouer sérieusement.
    Là, pour le coup, Ozon (ou Pascal Thomas) VEUT du théâtral.
    C’est un style, c’est tout.
    C’est pas parce que tu n’aimes pas que c’est nul ou que ce sont de mauvais acteur.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.