Le Voyage de Chihiro

Le Voyage de Chihiro
2002
Hayao Miyazaki

Sans aucuns doutes le moins « tout public » des Miyazaki (Le Château ambulant, Le Château dans le ciel, Princesse Mononoké) il n’en reste pas moins l’épisode qui a déclenché l’ouverture grâce à laquelle les cinémas ont accueillis les bras ouverts tous les films de Miyazaki.

C’est dans un Japon reculé et campagnard que la famille de Chihiro décide d’emménager. Alors que le père prend un mauvais chemin, ils s’arrêtent devant un tunnel qui semble les appeler. Ils arrivent dans un parc à thème abandonné, ou presque. En effet, une montagne de nourriture appétissante les attends. Mais Chihiro sent le piège qui s’avère en être un et transforme ses parents en porcs obèses. Le tunnel était en fait un portail vers le monde des esprits.

Ce film est considéré à tort comme un très bon, voir le meilleur Miyazaki, sauf par la presse d’avantage portée sur Le Château ambulant. Son univers est de loin le plus bizarre, à la limite du gore, et le moins accessible. Les personnages de l’histoire sont aussi les moins attachants et les moins réussis tant au terme de la personnalité que de la qualité graphique. Mais le film peut compter sur des décors sublimes qui fourmillent de détails comme jamais, bien que le design général ne soit parmi les meilleurs. Pareillement pour la musique, très belle mais très loin de certaines musiques enchanteresses du Château dans le ciel ou du Royaume des Chats (bien que dans ce cas, Hayao Miyazaki n’était chargé que du scénario). Le côté enchanteur est d’ailleurs passé complètement à la trappe quand on le compare à ses propres must tels Kiki la petite sorcière ou Nausicaä de la vallée du vent. De là à dire que c’est le pire des Miyazaki serai exagéré mais pas si éloigné de la vérité. Reste un très beau film d’animation qui tranche de l’habitude.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à Le Voyage de Chihiro

  1. Julien dit :

    En fait, c’est juste que tu n’as aucune poésie…
    Pour moi, c’est LE meilleur Miyazaki, juste devant Princesse Mononoke.
    Le « côté enchanteur », comme tu dis est particulièrement présent dans le film.
    Les personnages sont moins attachants pour toi, puisque tu n’as pas accroché au film (ou du moins pas à sont univers). Pour le coup, des personnages comme Aku, Yu Baba, son bébé, les trois têtes, le Sans visage, etc. sont des personnages vraiment forts et travaillés.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *