Tout peut arriver

Tout peut arriver
2004
Nancy Meyers

Alors que le vieux Jack Nicholson va avec sa jeune nouvelle conquête dans la maison familiale supposément vide, il tombe sur la mère (Diane Keaton) et la tante. Si les 30 ans de différence d’âge ont du mal à passer, ce petit monde accepte de passer le weekend ensemble. Mais alors que le diner prend fin, Jack fait une crise cardiaque. Cette attaque va l’obliger à se reposer chez la mère de sa « copine », peu encline à supporter ce pédophile en puissance. Mais ces deux ennemis vont finalement apprendre à cohabiter. Et au fur et à mesure, le méprit laissera place à l’amour.

Si le film propose une palanqué de guest plutôt bons dans leurs rôles, la sauce aura du mal à prendre. Si le film dure 2h13, il paraît encore plus long à cause d’un rythme lent et de nombreux passages à vide. Mais le vrai problème du film vient du scénario convenu, prévisible mais avec malgré tout des incohérences. Dans la réalité, aucunes femmes sensées ne choisiraient un vieux Jack Nicholson de 74 ans tout gros avec un caractère de connard plutôt qu’un beau Keanu Reeves docteur de 46 ans. Mais comme les femmes sont rarement sensées et que c’est une fiction, ça n’est pas si étonnant. Reste un film moyen qui ne plaira probablement qu’aux fans de Jack Nicholson, à supposer qu’ils existent.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.