Forrest Gump

Forrest Gump
1994
Robert Zemeckis

Véritable pilier du 7° art, Forrest Gump aura su s’imposer dans le cœur de tous. Bien qu’il y ai eu entre autres Splash, c’est aussi le film qui a fait entrer Tom Hanks dans la légende. Pour Robert Zemeckis, Retour vers le futur s’en était déjà chargé.

L’histoire de Forrest Gump, tiré du livre de Winston Groon, est mythique et intervient assez largement dans l’histoire des États-Unis. L’action se passe entre les années 50 et 90 et sur un banc en attendant le bus, Forrest Gump raconte aux gens qui s’y assoient chronologiquement toute sa vie. Quand il était petit, en plus d’avoir un faible QI (qui équivaut ici à une déficience mentale), Forrest avait une colonne vertébrale tordue et devait porter des jambières métalliques pour l’aider à marcher. Et c’est durant ses quelques années de jeunesse qu’il rencontrera l’amour de sa vie Jenny (Robin Wright Penn (Jeux de pouvoir, Incassable)) et apprendra à courir avec le désormais culte « Cours Forrest, cours ! ». Sa faculté de courir lui sera hautement appréciable lors de ses études où il deviendra footballeur, avant de rejoindre l’armée durant laquelle il rencontrera son meilleur ami Booba ainsi que le lieutenant Dan (Gary Sinise (Les Experts : Manhattan)). Nombreux sont ceux qui ont croisé sa route tels des présidents, Elvis ou John Lennon ; mais peu sont ceux qui comptent vraiment.

Tout le monde ou presque connait une personne un peu mongole qu’on n’a surtout pas envi de fréquenter de comme un réflexe. Si c’est déjà assez dur à vivre, ça n’est rien comparé à ce qu’à été la vie Forrest Gump, rejeté par nombre de gens et même par ses proches dont le destin n’est pas toujours heureux. C’est avec force et empathie que le spectateur ressent la continuelle tristesse de Forrest. Si les choix scénaristiques y sont pour beaucoup, il ne faut pas en oublier l’incroyable performance de Tom Hanks qui trouve là un rôle dramatique d’une grande intensité. Le tout est accompagné d’une réalisation parfaite et d’acteurs secondaires de grande qualité, notamment Gary Sinise. En résulte un film d’exception qu’on n’est pas prêt d’oublier.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.