Age of Empires III

Graphisme : 14/20

Même si le titre a presque 6 ans, il reste très agréable à regarder, notamment grâce à une personnalisation graphique assez poussée qui pouvait mettre en déroute de très puissants PC en son temps. Et même si l’aspect visuel est secondaire dans un jeu de stratégie, il est tout de même appréciable de pouvoir contempler de majestueux fort bien modélisés.

Jouabilité : 18/20

Les Age of et à fortiori les Age of Empires sont considérés comme une référence en matière de stratégie. Si presque toutes les quêtes consistent à créer sa base, la défendre et détruire celle adverse, quelques ajouts rendent l’expérience plus attrayante. En effet, au cour de chaque niveau, chaque action rapporte de l’expérience qui permettent d’utiliser des options préalablement achetés en métropole. Ainsi, on peu demander du renfort, augmenter diverses statistiques ou, et ça ça change tout, faire appel à des bâtiment inaccessibles tel le fort, fusion de caserne, écurie et tourelle ou le meilleur de tous, l’usine ! Cette dernière produit en grande quantité n’importe quelle matière première au choix et interchangeable à toute occasion. C’est d’ailleurs autrement plus efficace que n’importe quel code étant donné que l’adversaire en bénéficie automatiquement le rendant largement plus fort qu’en mode difficile.

Durée de vie : 15/20

Le mode campagne compte trois actes qui durent au total 12 heures tout au plus. C’est à peu près la moyenne du genre bien qu’on ait encore en mémoire Warcraft III et ces 30 heures, un record. Reste bien évidement ensuite le mode escarmouche, le multijoueur et l’éditeur de carte, comme dans la plupart des jeux de stratégie, excepté Starcraft II.

Bande son : 14/20

Les bruitages et musiques en cour de partie sont extrêmement classiques. Certains thèmes musicaux sont par contre très bons. A noter que chaque mission est ponctué par des phases de dialogues et ils ont fait l’effort de mettre des voix en français.

Scénario : 12/20

L’histoire est divisée en trois actes représentant chacun une génération de la famille Black avec l’arrière-grand-père, le père et la fille. Ils ont tous combattu les français, les espagnols et le Cercle, secte très puissante qui recherche la fontaine de jouvence (tient comme Jack !), le tout pendant la colonisation de l’Amérique. Plutôt intéressant mais c’est beaucoup trop mal mis en scène pour être pris au sérieux.

Note globale : 16/20

Six ans après sa sortie, il reste l’un des incontournable des jeux de stratégie. Ces graphismes sont loin d’être désuets et son système de civilisation est l’un des plus aboutis qui soit. Tout les bâtiments ont leur utilités et grâce à un système d’expérience, nombres de stratégies peuvent être établies à l’avance, même si il faut forcément y inclure l’usine, élément clef du jeu. Mise à part ça, le jeu est un exemple de classicisme au niveau structurel et du scénario. La difficulté étant réglable, professionnel ou néophytes, vous pouvez y aller les yeux fermés.

Ce contenu a été publié dans Critiques, Jeux vidéo. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.