Morning Glory

Morning Glory
2011
Roger Michell

En quoi consiste le métier de producteur d’émission de télé ? Eh bien après ce film, vous saurez. En effet, le film raconte les mésaventures de Becky Fuller (Rachel McAdams) qui, après s’être fait virée, est engagée par Jerry Barnes (Jeff Goldblum) pour reprendre la matinale « Daybreak » de la chaîne. Mais cette dernière est en perte d’audience. Becky essaye tant bien que mal de réorganiser l’émission et cherche à intégrer à l’équipe le célèbre Mike Pomeroy (Harrison Ford) pour présenter entre autre le bulletin d’information avec Colleen Peck (Diane Keaton). Mais Mike est peu enclin à accepter de collaborer et la gestion est difficile. Mais pire encore, Jerry Barnes annonce la mort programmée de l’émission, faute d’audience…

A l’image du personnage de Rachel McAdams, le film est survolté, dynamique et sans temps morts. Contrairement à ce qu’on aurait pu craindre, l’humour est plutôt fin et d’assez bonne qualité. Les acteurs ne sont pas au mieux de leurs formes mais dans l’ensemble, la prestation de groupe est correcte. A noter la présence, en plus des piliers du cinéma susnommés, de Patrick Wilson. Si la comédie est le thème principal, le film n’est pas exempt de passages émotionnels et dramatiques, bien que ça ne soit que pour un plus grand retour comique derrière. En bref, c’est une bonne comédie efficace avec un casting de mastodontes et qui se paye le luxe d’avoir un scénario original.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.