Boulevard de la mort – un film Grindhouse

Boulevard de la mort - un film Grindhouse
2007
Quentin Tarantino

Quentin Tarantino est ce qu’on appelle une anomalie. Au lieu de faire un film comme tout le monde, il fait n’importe quoi, mélange des genres, ajoute des effets complètement débile et se fout royalement de ses acteurs ou de la structure classique d’une histoire.

Ici, on suit le dessin meurtrier d’un psychopathe en puissance : Stuntman Mike (Kurt Russell). Son objectif ? Tuer des belles et jeunes femmes dévergondées en les fracassant contre sa voiture. Après un magnifique quadruple homicide dont il est ressorti blanchi, il continua son chemin au Texas. Très vite, il repère un quatuor de jeunes femmes et met en place le même plan machiavélique. Mais ce coup-ci, les filles ne vont pas se laisser faire…

Un lot de quatre filles pour chacune des moitié du film. La première partie utilise un effet de vieux, ajoutant exprès des bugs d’affichages. C’est une énorme connerie mais soit. Bon c’est des salopes, il veut les tuer, admettons, puis il le fait. Et là, on assiste à un quasi copié-collé du début avec quatre autres filles (beaucoup moins belles ceci dit, sauf la châtain) qui font la même chose, parlent des même sujet et le gars les colles pareil. Le tout avec au début un effet noir et blanc comme pour dire cool y’a des boutons sur ma caméra et je les essayes ! S’en suit une scène de course-poursuite de gens débiles qui font n’importe quoi. En gros, ce film est un concerté de délire total, sorti tout droit d’un cerveau de psychopathe dépendant de la cocaïne. A réservé exclusivement aux grands fans inconditionnels de Quentin Tarantino.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.