Black Swan

Black Swan
2011
Darren Aronofsky

En tout bon cinéphile que je suis, il est de mon devoir de regarder  un film ayant été autant nominé et ayant reçu l’oscar de la meilleure actrice pour Natalie Portman, personnage principal du film.

Elle y incarne Nina, une jeune danseuse américaine. Son engouement pour la musique est tel qu’elle ne fait que s’entraîner toute la journée. Dans l’école où elle travaille, leur directeur, Thomas (Vincent Cassel), cherche à mettre en scène une version réaliste et forte du Lac des Cygnes. Il cherche donc LA danseuse qui sera capable de faire à la fois le cygne blanc, sage et réservée, et le cygne noir, envoûtante et sensuelle. Si Nina est un parfait cygne blanc, elle a du mal à convaincre de sa capacité « noire ». Une nouvelle danseuse, Lilly (Mila Kunis), a un don naturel pour ce rôle, rendant Nina fasciné mais aussi inquiète de se voir remplacée.

Le Lac des Cygnes, de la musique ? Comment passionner avec ça ? Tout l’intérêt du film réside dans son actrice principale, qui mérite clairement son oscar aux vus de sa prestation exceptionnelle et bouleversante, et tout ce qui entoure la psychologie de son personnage. Durant tout le film, les hypothèses s’enchaînent et s’évanouissent autour de qui est Lilly, est-ce que ce que l’on voit est réel ? Est-ce une métaphore ? Et finalement le film se laisse suivre sans difficultés, les réponses viennent d’elles-mêmes et les différentes évolutions et la fin sont logiques, bien qu’il réside une légère ambiguïté sur la fin. Il s’agit donc là d’un excellent film au niveau réalisation et jeu d’actrices mais le scénario reste trop concis pour atteindre les plus hauts sommets.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.