Harry Potter et la Coupe de Feu

Harry Potter et la Coupe de Feu
2005
Mike Newell

Après le quasi échec du troisième, il était impératif de rectifier le tir. Considéré comme le meilleur de la saga par la presse, ce quatrième volet est signé d’une main de maître : Mike Newell à qui on doit l’excellent Prince of Persia. Est-il en effet aussi bon que ça ? Oh que oui.

Après avoir assister à la coupe du monde de quiditch, Harry (Daniel Radcliffe), Ron (Rupert Grint) et Hermione (Emma Watson) tombèrent sur des mange-morts, les fidèles de Voldemort. Il semblerait que le seigneur des ténèbres soit plus fort que jamais et que l’offensive approche. En cette nouvelle année à Poudlard, l’école  accueille les écoles de Bobaton et du Nord pour le tournoi des trois sorciers. Les épreuves étant d’une violence extrême, l’âge requis est de 17 ans. Mais alors que la coupe avait désigné les noms de Viktor Krum pour l’école du Nord, Fleur Delacour (Clémence Poésy) pour Bobaton et Cedric Diggory (Robert Pattinson) pour Poudlard, la coupe donna aussi le nom de Harry Potter. Il n’aura de choix que de concourir…

Un nouveau pas est franchi et l’histoire est plus sombre que jamais. Si un tournoi n’est pas un bon scénario en soit et que les épreuves ne sont pas passionnantes, quoique formidablement mises en scènes, ça reste en progression par rapport à ses prédécesseurs. Les acteurs commencent sérieusement à devenirs bons et les nouveaux, bien qu’ils ne soient que de passage ou presque, sont acceptables. On appréciera énormément l’absence d’humour gras qui plombait si magistralement le 3. Mike Newell a incontestablement fait de l’excellent travail que se soit au niveau de l’image ou des effets spéciaux qui pour une fois ne montrent aucunes faiblesses. Les décors, nominés entre autres aux oscars, sont fort plaisants et lugubre, imposant une atmosphère unique et forte. Voldemort prend aussi une nouvelle tournure et se trouve en Ralph Fiennes un digne représentant, relançant avec brio son histoire. Le film renoue donc brillamment avec le succès dans un spectacle grandiose qui offre ses lettres de noblesses à cet univers magique.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.