Le Seigneur des anneaux : le retour du roi

Le Seigneur des anneaux : le retour du roi
2003
Peter Jackson

Constatant que la durée ne gênait en rien les spectateurs, bien au contraire, la durée initiale du film était déjà conséquente : 3h20. Pour la version longue, c’est un nouveau record avec 3h51. Après deux épisodes majestueux, ce troisième volet saura t-il clore la saga de J.R.R. Tolkien avec brio ?

Malgré la défaite au gouffre de Helm et la chute de Sarouman, Sauron reste encore très fort. Il rassemble ses dernières forces pour prendre d’assaut la forteresse blanche, Mynastirith. – Cette dernière est d’ailleurs assez remarquable architecturalement et artistiquement – Gandalf (Ian McKellen) se rend sur place avec Pippin (Billy Boyd) pour préparer les défenses pendant que le roi Théodène, Merry, Aragorn (Viggo Mortensen), Gimli et Legolas (Orlando Bloom) rassemblent des hommes pour l’ultime bataille. Pendant ce temps, Sam et Frodon (Elijah Wood) tente par tout les moyens de se rendre à la montagne de feu, guidés par Golum (Andy Serkis).

Pour cette dernière aventure, même si le film est encore plus long que les précédents, un bon rythme est enfin trouvé. On est directement plongé au coeur du sujet et le nombre de batailles est revu à la hausse. De plus, la principale guerre du film est largement plus impressionnante que dans le précédent grâce à l’arrivée de trolls en armures biens fait, des nasguls et des Olyphants qu’on avait déjà aperçu dans le tout premier. Malheureusement, Sarouman étant le fabriquant des Uruk-hai, ils seront remplacés durant les batailles par des Orques qui sont malencontreusement hideusement foiré. Golum pour sa part est toujours animé de façon déplorable. Le montage est comme pour le second, assez abrupt et occasionnellement confus (imputable à la version longue ?). Mise à part l’effort de dynamisme, ce troisième volet conserve les mêmes tares que les autres. La fin est celle attendue depuis le début et n’étonnera donc personne. Seul son ambiance est déconcertante : alors qu’on l’attendait festive et joyeuse, elle se révèle assez triste. Reste une oeuvre majeure du cinéma qui rend amplement justice à son créateur, J.R.R. Tolkien.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à Le Seigneur des anneaux : le retour du roi

  1. gollumelite dit :

    Je suis 100% d’accord avec ta critique que je trouve tout simplement juste et constructive. Tu as raison dans le sens ou le film rend hommage à Tolkien. Bref un régale ! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.