Le Chaperon Rouge

Le Chaperon Rouge
2011
Catherine Hardwicke

Rarement une histoire aussi vide et mauvaise n’aura connu autant d’adaptations cinématographiques que celle du petit chaperon rouge, que se soit en live ou en animation. Cette fois-ci, Catherine Hardwicke tente de reproduire son succès de Twilight en mettant le fameux conte à la sauce romance.

Pour ce qui est de l’histoire, quelques modifications ont été apportées. Au lieux que le village ne souffre des attaques d’un loup, c’est contre un loup-garou qu’il devra lutter. Depuis des années, à chaque pleine lune, ils sacrifient une bête pour que le loup-garou ne s’en prenne pas aux humains. Mais pour la première fois en 20 ans, il s’en prit à quelqu’un : Lucie, la soeur de Valerie (Amanda Seyfried). Après avoir vainement tenté de combattre le loup, le village décida de faire appel à un professionnel : le Père Soloman (Gary Oldman).

Qui est le loup ? Voici en gros le thème du film, mêlé d’une pseudo histoire d’amour à la Twilight avec deux gars sur une même fille. Très vite, chacun se fait sa propre opinion envisagent tel ou tel personne, un complot ou même une meute entière. C’est d’ailleurs grâce à ça que le spectateur sera tenu en haleine et sa patience sera récompensé par une fin pas si évidente et qui révèle un minimum de travail scénaristique. De plus, le moment de l’arrivée de Gary Oldman dans le film fait du bien dans le sens où il est le seul bon acteur du film. Niveau effets spéciaux, on peut dire que le(s) loup(s) est/sont plutôt réussi(s). Pour ce qui est des décors, les maisons et les costumes semblent authentiques et les paysages montagnards/forestiers enneigés sont très beaux. Par contre, on notera le très bizarre aspect de la neige ainsi que l’absence totale de buée, givre aux fenêtres ou autres signes ostentatoires de réel froid. Certes le tournage dû être bien meilleur pour les acteurs mais la crédibilité du film en prend un coup. On a donc là un film prenant et plutôt bien fait mais qui ne restera pas dans les annales.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.