Star Wars : Episode I – La Menace fantôme

Star Wars : Episode I - La Menace fantôme
1999
George Lucas

Après avoir révolutionner la science-fiction avec ses Star Wars, même s’il n’a réalisé que le premier puis scénarisé les six, George Lucas à succombé à l’appât du gain, et aux demandes des fans, et a ressuscité la saga, le temps d’une trilogie originelle pour expliquer comment en est-on arrivé à Dark Vador.

L’univers de la saga était à l’époque composé d’une infinité de planètes habités par autant d’êtres différents. Pour exercer une sorte de contrôle et appliquer une loi universelle, la République fut créer et est actuellement dirigé par la reine Amidala (Natalie Portman). Mais une ombre menace cet équilibre : la fédération du commerce. Deux Jedi, Qui-Gon Jinn (Liam Neeson) et Obi-Wan Kenobi (Ewan McGregor), furent d’ailleurs envoyés pour entamer des négociations, mais au lieu de ça, ils furent attaqués. Après avoir prévenu la reine du danger, et échappé de peu à la fédération. Pour réparer leur vaisseau endommagé durant leur fuite, ils se réfugient sur Tatooine où la fédération est absente.

Près de 12 ans ont passé et même avec une ressortie Blu-ray, l’image est terne, les couleurs fades et les effets spéciaux désuets, surtout en ce qui concerne les autres races humanoïdes. Si le film pouvait se vanter d’offrir du grand spectacle, ça n’est assurément plus le cas entre les « bestioles » au design hasardeux et à l’animation catastrophique, les affrontement spatiales bidons ou encore la bataille finale. Au niveau des personnages, les deux Jedi sont intéressants et interprétés par de grands acteurs mais sinon, la reine n’a aucune crédibilité, Jar Jar Binks est insupportable, de même que toute son espèce, et le pauvre Anakin Skywalker n’a pas eu la chance d’être interprété par Haley J Osment. Mais même si l’histoire est un peu faible, l’univers est tellement riche et passionnant que le film se laisse assez bien regarder et même s’il a vieilli, il n’est pas encore ridicule. On notera aussi, pour des raisons alimentaires, que le film ressortira en février en version 3D. Le pire, c’est qu’avec l’exemple du Roi Lion, il est probable que les fans replongent.

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.