Cemetery Junction

Cemetery Junction
2010
Stephen Merchant, Ricky Gervais

Jamais entendu parler de ce film ? Eh bien oui, c’est normal : cette petite production anglaise aura été un simple direct-to-DVD de par chez nous, genre fréquemment présent sur Canal+ actuellement gratuit sur Canalsat.

Le film se déroule en 1973, dans la petite ville de Cemetery Junction. On y suivra trois ami, Cliff, Snork et Feddie, à un moment particulièrement lourd de conséquences : le passage dans la vie active. Le gros Snork, dont le physique est méchamment ingrat, est surveillant de quai à la gare ; Cliff rêve de se barrer et ne plus revoir son branleur et fainéant de père ; et Freddie, plus simple, cherche une vie de bureau tranquille, une femme, une maison, des enfants. C’est ainsi qu’il en viendra à travailler pour M. Kendrick (Ralph Fiennes) dans le cadre de démarchage pour des assurances. Mais son ancienne ami Julie, fille de son patron, va lui ouvrir les yeux sur les autres possibilités de la vie que le libre arbitre nous offre.

Le film dresse un portrait peu flatteur de l’Angleterre des années 70 entre misogynie et racisme. De plus, la totalité des hommes de la classe aisé, et une bonne partie des autres, sont de véritables connards avec Snork qui se permet d’insulter les gens les plus gentils, ou encore M. Kendrick, plus grand mufle du monde avec sa femme, mais aussi avec son meilleur employé, qui aura comme cadeau après 43 ans passés dans la boite un simple saladier en verre. La politesse est elle aussi aux abonnés absents. Du coup, on prend largement en sympathie Cliff et Freddie, tout d’eux contre le système à leur manière. Le film est une véritable bouffée d’humanisme bien senti et intelligent dont le message n’a rien perdu de son importance car aujourd’hui encore, certains personnes n’arrivent pas à vivre avec leur temps et traitent les femmes, et les gens jugés inférieurs, comme de la merde. On regrettera par contre le manque cruel de dynamisme à l’ensemble, surtout pour le début, affreusement somnolant. Mais qu’importe si le message passe !

Ce contenu a été publié dans Cinéma, Critiques. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.